mardi 16 janvier 2018

Discours de Donald Trump sur l’accord nucléaire et le soutien au peuple iranien

Un « Trump bashing » infernal sévit dans les média français et européens. Il interdit au citoyen de se faire son opinion et d’accéder aux analyses et aux propositions de l’exécutif américain concernant une question capitale pour l’avenir du monde, de l’Europe en particulier.  Pour pallier ce dispositif de desinformation institutionnelle, on trouvera ci-dessous la traduction du discours clé de Donald Trump qui demande au Congrès et à ses alliés européens de travailler de concert pour corriger les failles béantes de l’accord négocié par Obama en 2015. Cet accord ouvre la voie à l’arme nucléaire iranienne à terme, et il fait l’impasse sur les vecteurs balistiques de cette arme. Le président américain demande aussi à ses alliés de se mobiliser pour aider le peuple iranien à faire face aux violences et aux exactions du régime. (NdT)

lundi 15 janvier 2018

Iran : le pari de Donald Trump

En posant une alternative entre la réécriture de l'accord nucléaire et le retour des sanctions, [le président américain] trace une ligne rouge.

Les manifestations iraniennes portent un coup dur à l'un des piliers clés de l'accord nucléaire

Lorsque le président Barack Obama fut interviewé en 2015 par Jeffrey Goldberg, éditorialiste à The Atlantic, sur le futur accord nucléaire avec l'Iran, celui-ci demanda avec insistance au président s'il était bien sage de se fier la capacité de l'Iran d'agir rationnellement.

samedi 13 janvier 2018

Le silence de l’Europe

On est tenté de dire que les dirigeants européens n'ont pas le courage de leurs convictions. Mais cela impliquerait qu'ils aient des convictions. Tout montre, ces derniers jours, qu’elles se sont évanouies.

mardi 9 janvier 2018

La République laïque d'Iran

Dans une théocratie, les manifestations politiques ont toujours des liens avec la religion.

dimanche 7 janvier 2018

Des crises convergentes étranglent le régime iranien

Des problèmes bancaires, la gestion des retraites, et les pénuries d'eau, s'ajoutant à des aventures militaires coûteuses, provoquent un profond sentiment de malaise dans le pays.

samedi 6 janvier 2018

L'Iran, une identité clivée

Depuis 1400 ans, les Iraniens souffrent de profonds clivages, de troubles de personnalité au niveau national. D'une part, les Iraniens  sont des musulmans qui ont adopté la religion, l'alphabet et le vocabulaire de leurs conquérants arabes du septième siècle, des chiites qui adorent 14 figures saintes arabes, le prophète Mahomet et sa progéniture.

jeudi 21 décembre 2017

Autopsie d'une petite molécule d'antisémitisme contemporain

Cela dure cinq minutes, c'est un tout petit événement, mais il en dit beaucoup sur les recettes de l'antisémitisme d'aujourd'hui.

mardi 19 décembre 2017

Vous avez peur, M. Finkielkraut, vous allez au désastre


Faut-il vraiment donner temps et énergie pour décrypter les pétulances et les pudeurs d’Alain Finkielkraut, notre académicien très médiatique, quand il parle de Jérusalem ?

vendredi 15 décembre 2017

L’effet-Trump… ou le hoummous d’Abu Hassan

Avant de vous parler de l’effet-Trump, laissez-moi vous dire comment je vécus ce 6 Décembre 2017 désormais immortalisé.  Comme vous le savez, les jours précédents, dès que l’administration américaine annonça l’intention du Président, le moulin arabe à menaces se mit à tourner.

dimanche 10 décembre 2017

Pourquoi une vague d'hystérie médiatique a balayé la France à l'annonce de la reconnaissance de Jérusalem

Lors de son discours du 6 décembre, Donald Trump a fait deux annonces distinctes. L’une à effet immédiat, reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël ;  l’autre à effet différé, entamer le transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem.

Le présent important et astucieux que Trump vient de nous offrir

Caroline Glick donne dans le texte traduit ci-dessous une analyse ample et originale de ce qui s'est joué quand Donald Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël, le 6 décembre dernier. L’enthousiasme de cette journaliste particulièrement lucide sur l’âpreté des combats en cours au Moyen-orient en dit long sur la nécessité pour Israël d'avoir des alliés fidèles au moment où les Pasdaran iranien déferlent sur la Syrie et le Liban. (NdT)

jeudi 7 décembre 2017

Donald Trump sur la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël

Ci-dessous la traduction du discours très équilibré de Donald Trump pour appliquer la loi adoptée par le Congrès en 1995 et confirmé par un vote unanime du Sénat il y a deux mois. (NdT)

jeudi 30 novembre 2017

Amérique, Russie, Chine et Pakistan encadreraient les réformes de Mohammed ben Salman

Le prince Salman, futur souverain d’Arabie saoudite, a entamé au pas de charge de très importantes réformes du système saoudien, à portée financière, économique et surtout religieuse. Si l'avenir du jeune prince et de ses réformes n'est pas vraiment prévisible, David P Goldman insiste sur ses nombreux appuis internationaux, tous motivés par la nécessité de rétablir un équilibre local des pouvoirs, la clé d'un apaisement dont la région a visiblement besoin. Cependant l'auteur ne dit pas mot de la poursuite, au pas de charge aussi, du programme nucléaire et balistique iranien qui est la vraie cause de l'instabilité généralisée du Moyen Orient. (NdT) 

mercredi 29 novembre 2017

Disparition du front sunnite contre l’Iran

Zvi Mazel, journaliste et remarquable expert en stratégie des conflits au Moyen-Orient exprime ici  l'opinion répandue que l'administration Trump, faute de vision, de leadership et de volonté, laisse le champ libre à l'expansion du redoutable régime iranien aux dépens de ses alliés traditionnels. Cette analyse est partagée par de très nombreux analystes Américains et Israéliens. Dans une contribution traduite ici, David P Goldman exprime des vues bien différentes. C'est dire à quel point la redistribution des cartes après la chute de l'Etat islamique laisse un échiquier régional encore opaque et indécis. (NdT)